:: Archives :: RP terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un jour comme les autres [ PV Kimura ]

avatar
Localisation : Près.. Très près des humains mâles..

Feuille de personnage
Pouvoirs : Force surhumaine, peut sortir et rétracter ses ailes, peut changer ses ongles en dards, a une excellente vision, ne peut mourir.





Bee
Modératrice
Dim 28 Sep - 16:14

Un jour comme les autres


Ce qu'il est beau. Il est là, entrain de courir. Ses beaux cheveux soyeux volant au vent. Ces petites gouttes de sueur qui brillent au soleil le mettent en valeur. Je le suis. Il n'a pas l'air de comprendre que nous sommes fait l'un pour l'autre. Il a beau me fuir, je le rattraperai quand même. J'aime bien l'entendre crier, sa voix est mélodieuse. Mais où va-t-il? Il y a un village par là-bas, il veut me présenter à ses parents? Je suis nerveuse ! Je dois leur faire bonne impression.

La créature poursuit un humain. Le pauvre halète péniblement. Il a de la difficulté à continuer de courir. Il a peur. Il ne faisait que couper du bois lorsque cette chose est venue l'aborder. Elle avait commencer par lui toucher le visage en lui répétant qu'elle l'aimait. Il l'avait violemment repoussé, mais elle insistait. Il ne pouvait pas faire un pas sans qu'elle le suive. Le pauvre s'était mit à courir, en espérant trouver de l'aide. Il croisa ses amis bûcherons. Tous morts. Elle les a déchirrés avec ses mains. Paniqué, il s'était mit à courir en direction de son village. Elle le suivait encore, avec un sourire qui lui faisait peur. En entrant dans le village, il eut des remords. Il ne regarda pas les gardes armés s'élancés vers elle, il se dirigea directement chez lui, essouflé.

Où est mon chéri ? Je le vois entré dans une maison. Il est mignon, il a si hâte de me présenter à sa famille. J'arrive mon amour, je m'occupe seulement des gêneurs qui veulent nous empêcher de nous aimer.

La créature fit apparaître ses ailes. Elle s'envola d'un bond pour éviter des coups de lance. Elle changea ses ongles en dards affûtés. Ses dents devinrent aussi pointus que des lames de rasoir. Elle mit ses mains devant elle et fonça sur un garde. Elle lui arracha la tête d'un simple coup de griffe. Ceux qui n'arrivèrent pas à fuir vécurent le même sort. Plus personne n'osait l'approcher, elle avait avait le champs libre.

Devrais-je cogner à ta porte? Je ne crois pas que ce soit nécessaire, nous sommes des âmes soeurs, ce qui est à toi est à moi. Je tourne la poigné. C'est vérouiller? Tu veux faire durer le suspense, tu es rigolo. Tu aimes te faire désirer, pas vrai ? Je découpes ma magnifique silouette dans la porte. Je peux maintenant y entrer sans problème.

L'homme sursauta de peur. Il serra sa femme dans ses bras en lui disant que tout allait bien aller. Lorsque la créature la vit, son regard s'assombrit.

" Tu oses me tromper? Moi, la femme de ta vie? "

Elle cria ces mots, renforçant les bras de l'homme autour de sa compagne. Doucement, elle s'approcha du couple, de l'amertume dans le regard.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Localisation : Dans la forêt





Kimura
Administrateur
Dim 28 Sep - 22:21



Un jour comme les

autres
Il faut dire qu'aujourd'hui devait être assez relaxe pour moi. Je revenais d'une mission et j'avais pas mal empoché d'argent pour ne plus avoir de soucis financés durant un mois minimum. La vie était super, mais je sentais encore mon esprit fébrile et tremblant, non de peur, mais d'excitation. Mon contrat que je venais de recevoir quelques jours avant demandait à ce que j'élimine un groupe de Créature d'Illusion diriger par un dieu déchu, que j'avais accompli sans faute. Mais sentir tout tomber sur mon chemin lorsque je fracassais le visage des immondes bêtes me donnais un rire fou. En plus, une fois sa petite armée tombée, le déchu voulait s'enfuir, mais je l'ai poursuivi jusqu'à une clairière et j'ai sorti mon épée. Il avait peur, c'était certain, mais pas assez à mon goût. Rapidement avant qu'il commence à s'envoler, je lui avais coupé les ailes, le faisant tomber dans un rapide et semblerait-il qu'il ne savait pas nager et s'est noyé tout seul. J'étais retourné triomphant à la maison des primes au Nord pour empocher ma récompense et pour prouver que j'avais réussi, la preuve était deux ailes noires. Beaucoup m'ont traité de sadique, mais ils ne savent pas ce que ces monstres ont fait et ne croit ce qu'ils voient.

Enfin, je suis de retour chez moi, ou plutôt dans ma chambre de motel, puisque je voyage pas mal. M'étirant et un peu fatigué de ma journée, je me lance presque sur le lit en soupirant bruyamment. Je vivais beaucoup au Nord, il y à toujours plus de trucs à faire là-bas qu'ailleurs. Il devait être environs 14 heures lorsque j'entendis quelqu'un cogner à ma porte.

- Hey, tu es là, Cassano ?

Cette voix était celle d'un homme qui détenait la guilde des mercenaires. Cette même personne m'avait engagé là-dedans, mais j'étais surtout un loup solitaire, alors je n'y allais que rarement. Mettant mon oreiller sur ma tête pour ne plus l'entendre, je me tournai vers le mur.

- Désolé, mais la personne que vous essayez de joindre n'est pas disponible, veuillez ne jamais revenir, dis-je d'une voix presque robotique.

Je voulais me reposer, c'est tout ce que je demandais. Sûr qu'il était parti, je fis un soupir lorsque j'entendis un grand fracassement, comme si quelqu'un venait de défoncer une porte. En sursaut, je bondis de mon lit en tournant mon regard vers ce qui était anciennement une porte. Merde, ce type défoncer ma porte !

- Tu oses me dire que t'es pas là ? Tu vas ramener tes fesses à la guilde et que sa saute, ta du T.R.A.V.A.I.L ! Me hurlait-il.

Je n'avais pas spécialement envie de sortir aujourd'hui, mais il semblerait que quelqu'un à se même moment il me pris pas le collet et me traîna jusqu'à la guilde. Une fois sur le seuil, il me lâcha. En me relevant, je remis mon chandail en place et regardais autour de moi : il n'y avait personne, pas un chat. Voyant que j'étais intrigué, le boss vint m'expliquer qu'un nouveau boulot, mais que personne ne voulais faire. Pourtant, la prime était super et ce n'était que de se débarrasser d'une créature qui embêtait et effrayait les gens, banals comme demande. Déçu de ne pas avoir quelque chose de plus excitant à faire, je pris l'affiche et me mis à la chasse. Les informations données par l'employeur disaient que cette créature venait souvent mener la pagaye et la confusion dans les alentours., c'était tout. Mais bon sang, cette personne n'avait rien d'autre que ça ? Énervé, je m'appuyai contre un arbre en essayant de déchiffrer le papier. Plissant les yeux, je vis que l'on pouvait tourner l'affiche et je m'exécutai. À l'endos, l'on pouvait avoir les informations suivantes : cheveux longs bleus avec des rayures, yeux jaunes avec des cercles à l'intérieur, pouvant être très dangereux. Bon, c'était mieux que rien. Retournant à la chasse aux informations, je finis par me ramasser dans un petit village à l'est. Sérieux, être dans ce trou paumé, il n'y avait vraiment rien à voir ici. Jusqu'à ce que plusieurs corps étendus soit sur le sol, très mort, je dirais. Ne prenant même pas le temps de prier pour leur âme, je sortis mon fusil et piquais une course vers là ou les gens regardaient avec peur et dégoût. M'approchant doucement, sous les regards des pauvres brebis, la porte de la maison avait été découper et s'y tenait la chose, elle avait en effet les cheveux longs bleus et je pouvais sentir qu'elle n'était pas humaine. Je m'apprêtais à lui coller une balle dans la tête lorsque j'entendis la chose se plaindre.

-Tu oses me tromper ? Moi, la femme de ta vie ?

Mais.. Qu'est que c'était cette histoire ? Personne ne m'avait dit que la créature était une femelle. Déboussolé, je la vis entrer de plus en plus dans la maison et aperçu deux occupants qui tremblant collé l'un contre l'autre. Merde, elle allait les tuer. Rapidement, je me jetais sur la créature et la fis tomber sur le sol. Prenant une de mes mains pour la maîtriser, je pris l'autre pour tenir mon flingue en lui pointant sur le front. D'un air plein de haines, je la regardais dans les yeux.

- Tes heures de liberté son terminé, horreur des dieux, je vais te défoncer le crâne, autant de fois que tu revivras.

Bien que mon intonation tremblât légèrement, j'étais sérieux, femme ou pas, elle avait voulu s'en prendre aux humains, et bien, elle allait le payer. Lentement, j’appuyais sur la gâchette


----------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Localisation : Près.. Très près des humains mâles..

Feuille de personnage
Pouvoirs : Force surhumaine, peut sortir et rétracter ses ailes, peut changer ses ongles en dards, a une excellente vision, ne peut mourir.





Bee
Modératrice
Lun 29 Sep - 20:18

Un jour comme les autres


Ce salop, je vais lui faire payer. Il n'avait pas le droit, il n'avait pas le droit. Je vais te montrer ce qui arrive à ceux qui me font du mal. Quelque chose m'a interrompu. Je suis plaqué au sol. Encore l'un de ces foutus humains. Ils sont tous pareils, tous ces mâles sans scrupules qui osent profiter de moi. Qu'ais-je en retour? De la douleur. Ce n'est pas normal, les gens qui s'aiment ne se font pas mal. Je dois lui faire payer. Je dois me relever et aller lui foutre une bonne correction. Lâche-moi, lâche-moi !

Folle de rage, la créature lança un regard emplit de haine à son assaillant. Celui-ci la retenait d'une main et la menaçait de l'autre à l'aide de son arme. Lui aussi lui adressait un regard haineux.

- Tes heures de liberté son terminé, horreur des dieux, je vais te défoncer le crâne, autant de fois que tu revivras.

Le regard de la créature s'adoucit. Intriguée, elle observait davantage son vis-à-vis qu'avant. Doucement, ses yeux tombèrent sur sa main. Il allait appuyer sur la gachette d'une minute à l'autre.

Non.. Je ne peux pas disparaître tout de suite.. Je dois d'abord terminé ce que j'étais entrain de faire, ce n'est qu'après que je pourrai le laisser faire ce qu'il veut. Je refuse que l'autre du fond demeure impuni. Je l'entends trembler d'ici, cette petite mauviette. Et l'autre là, elle est toute aussi fautive. Cette petite.. Peste ! Je les détruirai tous les deux.

Au fond de la pièce, le petit couple observait la scène. Ils n'osaient pas bouger tant que la créature était encore là. Un regain d'énergie s'éleva chez la fille.

- Allez, tuez-moi vite cette horreur !

La créature vit rouge. Sans réfléchir, elle donna un violent coup de dard à la main qui tenait le fusil sur son front. Elle donna immédiatement après un coup de genou dans le ventre du garçon. Défait de sa prise, elle donna un coup d'aile pour se relever plus rapidement. Sans une seconde de plus, elle fonça sur les deux humains.

Je vais vous briser, vous déchirer chacun de vos misérables muscles. Je me délecterai de vos regards sans vie, même si l'autre dégénéré derrière décide de me tirer dessus. Je regarderai la vie vous quittez doucement. Et après, je les laisserai m'abattre, puisque moi, contrairement à vous, je reviendrai.

Deux cadavres gisaient maintenant sur le sol. Leurs visages figés dans la peur n'eurent pas le temps d'émettre un seul cri. Un coulis de bave glissa le long de leurs bouches entreouvertes. La créature les observait, avec une fascination macabre. Sans les quitter du regard, elle s'adressa au seul humain encore en vie dans la pièce.

- Tu connais cette sensation quand notre coeur se déchire?

Cette fois, elle se tourna vers son interlocuteur.

- Moi je la ressens à chaque fois que je suis rejeté. C'est une sensation horrible que personne ne mérite de ressentir.. Je voulais que lui aussi la ressente, qu'il comprenne.. Donc je l'ai déchirer.. Au sens littéraire cette fois..

La créature se mit à fixer un point invisible derrière le garçon.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Localisation : Dans la forêt





Kimura
Administrateur
Mar 28 Oct - 22:28



Un jour comme les

autres

Au premier abord, elle ne paraissait pas du tout agressive, mais son regard en disait long sur ce qu'elle pouvait penser. De toute façon, tout le monde sait que les créatures ne sont faites que pour tuer, jamais elles ne pourraient avoir de quelconque émotion autre que ceux qui servent à la haine et aux désespoirs, voir la violence à l'état pure. Des choses de cette race ne méritaient pas de vivre dans notre monde, qui était censé être le nôtre, pas le leurs, là ou ils n'auraient pas dû voir le jour. Comme si le temps était suspendu, je pouvais sentir ma respiration, forte et rapide, l'habitude en gros. En même temps, la certaine rage que la créature dégageait venait me donner exactement comme des éclairs dans ma tête, me rappelant que j'avais bel et bien une horreur devant moi. Prêt enfin à faire feu, ma concentration fut briser par une voix cristalline qui fit vibrer mes tympans.

''Allez, tuez-moi vite cette horreur !''

Bordel, déjà que tout le monde sait qu'un humain sans défense ne devrait pas essayer de provoquer une créature, cette femme était aussi stupide qu'un enfant imprudent, mais je pouvais comprendre la détresse éprouvé : tout humain ressent la peur de ce que l'on ne connait pas et ce qui peut éventuellement mener à une mort. Par contre, dans la situation du moment, dire de tels mots n'était vraiment pas une bonne idée, surtout que la chose avait eu un accès de rage en me donnant un coup de son dard à ma main, entaillant légèrement le côté. La douleur passagère me fit lâcher mon fusil, tout comme son coup puissant dans mon ventre qui m'avait fait subir de légers haut-le-cœur. J'aurais voulu la rattraper, mais elle fut plus rapidement que moi et se jetait sur le pauvre couple.

Prenant mon arme au plus vite, je remis la bête dans mon champ de vue lorsque je fus saisie par une vision d'horreur. Deux corps sans plus aucune vie, l'un dans les bras de l'autre les yeux ouverts avec tant de déchirures musculaires sur eux qu'il était difficile de savoir ce qu'ils portaient comme chandail avant de se faire détruire. Cette scène me rappelait beaucoup celle de mes parents, lorsque je les avais découverts mort. Évitant de recroiser les deux morts, je regardais désormais le dos de la Créature d'Illusion qui avait beaucoup de chose à dire.

''Tu connais cette sensation quand notre cœur se déchire ?''

Cette question, je n'allais pas y répondre, de toute façon, je n'avais qu'à faire d'avoir pitié d'un animal ayant soif de sang. Et puis qu'est-ce que cela changerait si je lui disais que même un humain, comme bien d'autre, ont tous le cœur déchiré. Des proches meurent tous les jours à cause des démons de leur genre. Les sentiments d'autrui, ils s'en foutent complètement et ne pensent qu'à leur propre satisfaction, que des égoïstes. Prenant une grande inspiration pour de pas exploser de colère et perdre mon sang-froid, la femelle se retournait vers moi, visant le vide du regard.

''Moi, je la ressens à chaque fois que je suis rejeté. C'est une sensation horrible que personne ne mérite de ressentir.. Je voulais que lui aussi la ressente, qu'il comprenne... Donc je l'ai déchiré... Au sens littéraire cette fois..''

Son air calme, sans aucune émotion m'irritait beaucoup. Mais ce qui me dérangeait le plus chez elle était qu'elle voulait imposer ses sentiments aux autres, exactement ce genre de comportement qui fait fuir les gens. Mais bizarrement, je n'avais pas envie de la tirer toute suite, surtout qu'elle ne pouvait pas faire plus de dommage que ça, les spectateurs avaient fuit dès qu'ils avaient vus la créature se diriger vers le couple. Mais moi, avant de débarrasser le plancher d'un monstre, je voulais savoir ses dernières paroles avant de souffrir le plus possible, du moins c'est ce que je souhaitais, mais je devais rectifier une chose avant.

'' Tout le monde la ressent lorsque vous tuez nos semblables, à chaque fois.''

Ce qui m'étonnait le plus était que la créature avait un semblant de sentiment humain, mais à l'extrême, beaucoup trop forts pour vivre parmi nous. J'éprouvais une haine indescriptible à propos de cette race depuis qu'ils avaient tué mes parents, et cette même fureur était revenue en voyant la femme et l'homme mort ensemble.

'' Et vous n'imaginer probablement pas, puisque vous êtes aussi égoïstes, que certain possède une famille et qu'un enfant va finir sans parents, malheureux et haineux toute leur vie et qui sait, peut-être que ceux-ci en avaient un, raison de plus pour que tu disparaisses ''

Je devais arrêter de parler, j'allais perdre mon contrôle et tuer plus que la créature devant moi, je devais accomplir ma mission comme d'habitude et rentrer chez moi comme s'il ne s'avait rien passé. Rapidement, je tirais un coup en direction du cœur du démon.


----------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Localisation : Près.. Très près des humains mâles..

Feuille de personnage
Pouvoirs : Force surhumaine, peut sortir et rétracter ses ailes, peut changer ses ongles en dards, a une excellente vision, ne peut mourir.





Bee
Modératrice
Dim 6 Nov - 21:21

Un jour comme les autres



L'esprit de Bee s'était vidé suite à son action. Elle ne pensait plus à rien. On pourrait même dire qu'elle se sentait apaisée. Sa colère avait disparu avec son envie de tuer. Ses envies envers ce garçon, d'amour et de haine, s'étaient éteintes en même temps que les yeux de celui-ci. Elle en avait même oublié la présence de l'humain qui se tenait dans l'entrée de la maison.

- Tout le monde la ressent lorsque vous tuez nos semblables, à chaque fois.

Ses yeux quittèrent leur contemplation du vide pour se poser sur lui. Que racontait-il, déjà? Elle l'avait oublié avec sa rancœur. Elle inspecta son corps, de haut en bas. Elle remarqua qu'il avait les cheveux bleus, comme elle. Il avait l'air en colère, comme elle il y a quelques instants. Tant de points communs, était-ce un signe ? Elle examina son regard. Il la regardait sans la regarder. Il semblait voir quelqu'un d'autre à sa place, ou plutôt quelque chose d'autre. Elle lui rappelait donc quelqu'un, d'où cette haine profonde. Les autres humains étaient déjà loin, mais lui il était encore là, se tenant devant elle.

Il est courageux... J'aime les garçons courageux... Non, lui c'est un Homme, un vrai, la pilosité sous son bras en est la preuve... J'aime les Hommes...

Et vous n'imaginer probablement pas, puisque vous êtes aussi égoïstes, que certain possède une famille et qu'un enfant va finir sans parents, malheureux et haineux toute leur vie et qui sait, peut-être que ceux-ci en avaient un, raison de plus pour que tu disparaisses

Il lui tira une balle. Elle était si occupé par son visage qu'elle en avait oublié l'arme dans sa main. Elle n'avait pas bougé et la balle la toucha en plein cœur. Un léger filet de liquide rouge glissa sur ses vêtements. Ses yeux dans les siens, elle sourit. Cette balle ne l'avait pas transpercé, elle s'était simplement logé dans sa poitrine.

Qu'il est romantique, il a visé le cœur ! Il veut m'envoyer un message ! Il veut qu'on apprenne à se connaître... Il doit m'aimer, mais je ne crois pas qu'il soit prêt à me l'avouer... Je vais l'aider

Toujours en souriant jusqu'aux oreilles, elle ouvrit grand les bras en direction de l'humain. Elle avait rangé ses griffes, rendant à ses mains une apparence plus humaine. Son corps se contracta et on entendit la balle résonner sur le plancher. Seul un trou dans son kimono trahissait ce qui venait de se passer.

- Visiblement, nous ne nous sommes pas rencontrés de façon convenable. Laisse-moi donc remédier à cette problématique.

La créature amena ses mains au niveau du trou dans son kimono et elle plaça ses mains en forme de cœur. On pouvait voir une partie de sa peau au centre du cœur.

- Moi c'est Bee, mais toi tu peux m'appeler Honey~

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Localisation : Dans la forêt





Kimura
Administrateur
Ven 13 Jan - 17:37


Un jour

comme les autres

Avec Bee, la Yandere folle !


Je l'avais bien tiré, j'en étais certain. Pourtant, cette balle lui avait fait le même effet un coup de plume. Le métal avait passé à travers ses vêtements pour se loger dans sa cage thoracique, mais elle ne l'avait pas atteint assez profond pour la tuer. Quel genre de créature était-il pour survivre à ça, c'était un véritable monstre, rien de plus. Le bruit résonnant de la balle qui tombait au sol me fit reprendre conscience de la situation. C'était mauvais. Bien que blessé, le visage du monstre avait changé d'expression. Son regard m'horripilait au plus profond de moi. Fronçant les sourcils, j'entendis des bruits non loin. Les habitants se rassemblaient, ils étaient débiles ! Une créature vraiment dangereuse était dans les environs et tout ce qu'ils avaient à faire était de fuir, mais non. Allez voir ce qui s'y passait et avoir des chances de crever était mieux ! Je me retournais vers la créature pour m'assurer qu'elle n'allait pas bondir sur moi ou dehors pour déchirer des gens, mais à ma surprise, elle avait complètement changé et m'adressa même la parole, d'une voix assez étrange.

Visiblement, nous ne nous sommes pas rencontrés de façon convenable. Laisse-moi donc remédier à cette problématique.

J'étais assez confus. Pas rencontrés de façon convenable ? Mais elle allait pas bien dans sa tête, évidemment. Elle courrait comme un prédateur après un humain qui ne lui avait fait aucun mal et qui ne méritait pas le sort qu'il avait eu, gisant dans les bras de sa bien-aimée. Il n'y avait rien à régler là-dedans. J'allais sortir mon couteau pour lui planter sans once de remords et sans hésitation dans sa petite tête de stupide. Mais au moment de ma réflexion, elle fit un mouvement avec ses bras pour former un cœur avec ses deux mains au niveau de la blessure de sa poitrine.

Moi c'est Bee, mais toi tu peux m'appeler Honey~

Je n'ai pas besoin de connaître ton nom, créature, à part pour l'écrire sur ta tombe, mais ce n'est pas permis pour une espèce dans ton genre !

Non mais je n'avais pas du tout envie d'éterniser mon temps avec ce moins-que-rien, ce déchet. J'ignore ce qu'elle avait en tête, mais son regard et ses gestes n'auguraient rien de bon. Je n'avais plus beaucoup de balle. Je n'avais pas du tout prévu d'allonger mon temps. Surtout que j'ai hésité à tirer au début, car c'était une femelle. Mais, son geste m'a redonné la raison : mâles ou femelles, les créatures sont toutes les mêmes, cruelles et sans pitié. Au moment ou ma main était en chemin de rejoindre mon couteau dans une pochette à l'arrière de ma hanche, trois gardes du village bondirent dans la maison, armée de lances et de fusil de chasse.

Arrière, créature démoniaque !

Bon sang, enfin des gens armés au moins. Au lieu de rester planté comme des poules mouillées, certains avaient encore du cran pour se battre contre le monstre qui terrorisait le village. Je voyais que l'un d'eux s'adressait à moins, d'un air dégoûté et haineux.

Partez, mercenaire, vous n'avez rien à faire ici. Nous, les gardes, sommes plus compétant que de vulgaire mécréants dans votre genre !

Je n'ai rien dit. Le village était débile, mais ceux-là étaient pires. La rage montait en moi, oubliant presque la créature qui était là et donna un revers de coup de pied au débile qui m'avait insulté en fronçant les sourcils, l'air irrité. M'insulter était la pire chose que quelqu'un pouvait me faire. S'ils croyaient pouvoir s'en débarrasser tous seul, soit, mais ce n'était plus mon problème si ces trois-là mouraient. Regardant la créature, je m'étais dit que si, par chance, ces types arrivaient vraiment à se débarrasser ce déchet, j'aurais moins de travail à faire. La décision était prise. En agitant ma main vers eux, je pris la direction de la sortie.

Eh bien bande d'enfoirés, si vous vous croyez compétant, débarrassez-vous de ce déchet sans aucune pitié.

Il n'y avait plus que deux options une fois dehors en attendant : Soit les gardes, soit la créature. Au plus profond de moi, j’espérais beaucoup plus la dernière, pour pouvoir me venger. Mais je n'avais pas d'intérêt à me battre contre les gardes et la créature folle en même temps. Préparé, ma main sur le manche de mon couteau, j'attendis.

----------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Localisation : Près.. Très près des humains mâles..

Feuille de personnage
Pouvoirs : Force surhumaine, peut sortir et rétracter ses ailes, peut changer ses ongles en dards, a une excellente vision, ne peut mourir.





Bee
Modératrice
Ven 13 Jan - 22:06

Un jour comme les autres

- Je n'ai pas besoin de connaître ton nom, créature, à part pour l'écrire sur ta tombe, mais ce n'est pas permis pour une espèce dans ton genre !

Ouuuuh ! Il est froid ! Il fait mal à mon petit cœur ! Ne t'inquiète pas, j'ai un cœur dure dure dure ! Je peux en prendre plus que ça ! Tu veux te faire désirer, n'est-ce pas ? Ne t'inquiète pas, je suis patiente !

La jeune fille plongea son regard dans celui de son vis-à-vis. L'éclair de peur qui passa dans son regard se transforma instantanément en un nuage de colère. Obnubilée par la beauté des yeux de son vis-à-vis, la créature ne remarqua pas sa main se diriger vers son arme derrière lui. Heureusement, ou malheureusement, pour Bee, des humains intervinrent, armés jusqu'aux dents.

- Arrière, créature démoniaque !

Ennuyée, la créature déposa ses bras le long de son corps. Elle se contenta d'observer la scène, attendant une décision de la part de son Homme. Un air soulagé prit place sur son visage, mais il s'effaça rapidement face aux dires du gardes.

- Partez, mercenaire, vous n'avez rien à faire ici. Nous, les gardes, sommes plus compétant que de vulgaire mécréants dans votre genre !

Mercenaire ? Voilà un métier qui doit rapporter de l'argent ! Quand nous allons nous marier, nous aurons de quoi bien élever nos enfants ! Quelle excellente nouvelle ! Il est réellement parfait !

L'énervement prit le contrôle de l'humain. Insulté, il leva la main puis laissa passer les trois gardes.

- Eh bien bande d'enfoirés, si vous vous croyez compétent, débarrassez-vous de ce déchet sans aucune pitié.

Bee, qui jusque-là tenait sa tête dans sa main d'un air ennuyé, sursauta en perdant de vue l'humain de ses rêves. Les trois gardes se placèrent en ligne, leurs immenses boucliers ne laissant entrevoir que le bout de leurs têtes. Ils placèrent ensuite leurs lances entre les boucliers, la pointe en direction de Bee. Cette formation semblait toute désigné pour transpercer la créature : la maison étant petite, les trois hommes couvraient la majeure partie de l'espace disponible. Ainsi, Bee ne pouvait voler au-dessus d'eux, et même si elle essayait les lances la transperceraient. Comprenant sa situation, la créature poussa un juron. Elle ouvrit grand les bras en direction des gardes tout en affichant un visage neutre.

- Très bien. Faites ce que vous avez à fai-

Bee n'eut pas le temps de terminer sa phrase que les gardes la chargèrent. Elle se fit transpercer à trois endroits simultanément, ne lui laissant aucune chance de survie. Un second juron vint aux lèvres de Bee.

- Tss, quels insolents...

Dans un dernier souffle, elle cria des mots à l'humain à l'extérieur de la maison.

- Ne t'inquiète pas mon amour, je reviendrai ! Et nous pourrons vivre ensemble ! POUR TOUJOURS !

Sur ces mots, les gardes enfoncèrent davantage leurs lances dans le corps de la créature. Cette dernière ne poussa pas de cri de douleur. Ses yeux s’éteignirent. C'était la fin... ou le commencement ?

----------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Localisation : Dans la forêt





Kimura
Administrateur
Mar 28 Mar - 23:24


Un jour

comme les autres

Avec Bee, la Yandere folle !


J'avais entendu le bruit sourd que les armes avaient produit en perçant le corps de la créature. J'hésitais entre le sentiment de soulagement ou de déception. Finalement, je n'aurais pas eu grand chose à faire. Rangeant mon fusil, j'entendis les derniers mots de la créature, qui semblait s'adresser à moi.

Ne t'inquiète pas mon amour, je reviendrai ! Et nous pourrons vivre ensemble ! POUR TOUJOURS !

Elle était complètement timbrée cette créature ! Je n'allais définitivement pas adhérer à son manège. Les mains dans les poches, je ne répondis rien. Je savais qu'elle venait probablement de mourir et dans 3 jours, elle allait revenir. Pour mon bien et celui de mon existence, je devais quitter le village pour m'assurer de ne plus la croiser sur mon chemin. Je dis ça, mais si c'est le cas, je n'aurai qu'à tuer par moi-même cette bête folle. Mais qui sait ce que l'avenir peut nous réserver ? Était-ce le commencement... Ou la fin ?

----------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Un jour comme les autres [ PV Kimura ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Une prof pas comme les autres(Fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives :: RP terminés-
Sauter vers: