:: Archives :: RP abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La fleur glaciale [Aela]

avatar





Invité
Invité
Sam 27 Sep - 12:58

La fleur glaciale


Changeant la serviette sur le front de sa mère, elle trempait celle-ci dans un bol d'eau chaude préparer par ses soins. Dans un silence, le bruit de l'eau rencontrant une surface d'eau était devenu presque aussi fort que les bruits urbains à l'extérieur. Doucement, la jeune créature remit la serviette chaude sur le front de la malade. Leon était triste de la voir dans cet état, et ce, depuis deux jours. Elles n'avaient plus de médicaments et toute seule, la lapine avait peur de se faire jeter des pierres dans les rues si l'on la voyait. Assise sur un petit tabouret en bois, elle regardait le visage de sa mère, elle semblait souffrir beaucoup, des gouttes de sueur coulaient le long de son visage et ses yeux plissaient légèrement. Passant sa main sous ses yeux pour enlever une larme qui avait fui ses yeux, elle se relevait en disant qu'elle serait bientôt de retour avec les médicaments. Pour le bien d'Evenline, la petite devait aller chercher quelque chose pour que sa mère aille mieux, même si cela signifiait qu'elle devait sortir toute seule. Se dirigeant à la cuisine, elle prit un peu d'argent et mit son chapeau sur sa tête pour cacher ses oreilles. Pour sa queue, elle portait déjà une longue robe qui la camouflait.

Elle était nerveuse, sa traversée à travers la ville ne lui plaisait pas, elle avait l'impression d'avoir des milliers de regards sur elle, qui la jugeait. À pas rapide, elle se rendit finalement à un petit magasin qui vendait des remèdes. Ne voulant pas rester ici, elle prit quelques médicaments qui semblaient bien, mais un peu hasardeux : remède contre la toux, le mal de tête, brûlement d'estomac, un désinfectant. Le tour de payer et il y avait un file d'attente, ce qui la rendit encore plus apeuré et nerveuse. Puis d'un coup, les clients de la boutique se mirent à grelotter et à se plaindre du froid. Ne ressentant pas cette sensation, Leon s'observait et vit qu'elle était en train d'utiliser ses pouvoirs. Choquée, elle se disait à elle-même d'arrêter, mais ça me changeait rien. Si elle ne faisait pas quelque chose bientôt, elle ne s'étonnerait même pas à voir neiger dans le magasin. Puis, elle ferma les yeux en passant au mot de sa mère lorsque ce genre de chose arrivait, calme-toi et prend une grande respiration, paniquer ne fait qu'empirer ton cas. Et c'est ce qu'elle fit. Lentement la température de la pièce redevint peu à peu à ce qu'elle devait être avant que le vendeur hurle à la jeune fille.

- À votre tour ! Dit-il durement.

Un peu timide, Leon s'approchait de l'homme en déposant les articles sur le comptoir en baissant la tête. Pendant que le monsieur passait ses affaires, son cœur battait à tout rompe, si elle avait continué d'utiliser ses pouvoirs sans se calmer, cela aurait été bien pire comme situation et elle espérait aussi que personne n'avait remarquer que la cause de ce phénomène était d'elle. Faiblement, la lapine remerciait le marchand et sortie en vitesse du magasin. Plus jamais elle allait sortir toute seule, le monde extérieur avec les humains était effrayant. Marchant pour retourner à sa maison, elle vit une petite fille donner une fleur à sa mère, le sourire éblouissant et ce cadeau semblait beaucoup plaire à la femme. Ayant une idée, Leon décida qu'elle aussi allait offrir une fleur à sa mère pour la remercier pour tout ce qu'elle avait fait pour la jeune créature. Par contre, la surprise n'allait pas venir d'un magasin, car maintenant, elle avait la phobie d'aller dans des boutiques toutes seules. En courant, toujours avec ses articles avec elle.

La ville centrale était juste aux abords de la forêt, mais les plus belles fleurs se retrouvaient un peu plus loin. Elle avait quand même vécu plus de dix ans là-dedans, elle le connaissait comme le fond de sa poche. Marchand dans les boisés en s'enfonçant de plus en plus à l'intérieur des entrailles de la forêt. Il ne lui fallut même pas dix minutes qu'elle était rendue dans un petit champ de fleur sauvage très belle. Elle s'y approchait en se mettant à genoux devant elle et cueilli une fleur d'une teinte orange rouge. En la mettant dans le sac, elle sentit qu'elle était plus dure que normalement. Son regard dévia vers la fleur qui était devenue une fleur de glace, son pouvoir l'avait gelé. Déçue, elle déposait la fleur sur le sol et en prit une autre, sauf que le phénomène se reproduisait. Désespéré, elle finit par trouver une fleur qui ne s'avait pas geler à son contacte, elle était magnifique avec ses teintes bleu et noir, la rendant mystérieuse. Contente d'avoir enfin trouver un cadeau, elle sourit en la mettant dans sa poche lorsqu'un énorme coup de vent passait. Sur la surprise, elle tenait son sac et protégeant la fleur, oubliant complètement son chapeau qui venait de fuir. Le vent passé, la créature entendit des voix s'élever dans la forêt. La peur s'empara d'elle et celle-ci prit la fuite en une direction hasardeuse.

Quelque kilomètre plus loin un groupe d'humain se promenait et la virent passer près deux vers la gauche et décidèrent de la poursuivre. À bout de forces, elle finit par ralentir et se faire attraper par les humains. Deux d'entre-eux la tenait fermement, lui faisant visiblement mal.

- C'est bien une Créature d'Illusion, ses oreilles le démontrent !

Elle n'avait rien fait alors pourquoi elle devait souffrir ? Doucement, elle regardait les gens devant elle et fini par croiser le regard d'un de ceux-ci. S'était une fille humaine, sans aucun doute. Sentant que l'emprise que les hommes avaient sur elle, la petite se mit à paniquer. Bougeant légèrement pour se délivrer, elle entendit un des deux hommes se plaindre.

- Merde, c'est froid !

Il avait lâché le bras de Leon, laissant son compagnon seul à tenir la créature. D'un air confus, elle regardait partout espérant de l'aide lorsque l'un des humains dit à un autre.

- Il faut la tuer avant qu'elle ne fasse des ravages.

Tout sauf ça, elle ne voulait pas finir pitoyablement ici, elle avait encore sa mère à soigner et tant de choses à faire encore. Baissant la tête, elle attendit qu'un miracle se produise.


Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Dim 28 Sep - 21:00
La fleur glaciale
On se ressemble../ft. Leon
Cling. Cling. Cling. J'essuie la sueur sur mon front. Ce filon de fer sait se montrer coriace. Je dépose ma pioche sur le sol. Je m'assis au milieu de la poussière et souffle un peu. Ça fait plusieurs heures que je suis là, je devrais penser à aller dormir. Dans la mine, on perd le fil du temps. Il n'y a pas d'horloge. Je ne sais même pas s'il fait encore nuit dehors. Je cherche ma bouteille d'eau des yeux. Je la trouve un peu plus loin. À peine en ais-je pris une gorgée qu'un écho emplit la pièce. Il s'agit de la sonnette. Elle est conçu pour résonner partout, autant dans la maison que dans la mine. Je laisse ma pioche et ma barouette remplit de minerais. Je parcouru la mine au pas de course et entrai dans l'élévateur. Je tirai sur la corde jusqu'à ce que j'arrive à la maison. Je désactive les pièges de l'entré et alla ouvrir. Je fis d'abord aveuglé par la lueur du soleil. Une fois mes yeux habitués à l'obscurité, je vis le petit groupe d'humain. Certains d'entre eux, les plus jeunes en l'occurence, me dévisageaient. En même temps, j'ai passé la nuit dans la mine, je dois être extrêmement sale.. Un homme prit la parole et m'expliqua qu'ils avaient besoin de refaire le plein d'arme. C'était destiné à un village qui s'était fait attaqué recemment. Je n'ai pas eu de clients depuis un bon moment, j'avais donc déjà tout ce qu'ils leur fallaient.. Armes à feu, épées, arbalètes, tout était là. Je leur empêchai toutefois d'entrer. Je fis plusieurs voyages de l'intérieur à l'extérieur et leur donna ce qu'ils voulaient. Au moment de payer, je leur proposai de les aider à les transporter pour un petit supplément. J'avais besoin d'un peu de soleil.

En route vers le village, je mourrais de chaud. La température était excessivement élevé. Un sac sur le dos, j'avançai péniblement au milieu du groupe. D'ailleurs, celui-ci était beaucoup trop silencieux. Je m'ennuyais horriblement. Je manque d'intéractions humaines, ce n'est pas avec ces clowns que ça se règlera. Seul un jeune garçon osa m'adresser la parole. Il me posa des questions banales, comme si j'allais bien. À un moment, je le vis sortir un mouchoir de sa poche. Il l'approcha de mon visage et essuya une tâche de poussière.

- Tu es vachement plus belle comme ça..

Je poussai un soupire. C'était evidemment qu'il agissait contre son gré. Je voyais même du coin de l'oeil son père nous observer. Son vieux voulait arranger un mariage pour avoir un accès privilégié à mes ressources. Il n'était pas le premier à faire ça et il ne serait pas le dernier. Agacée, j'accélérai le pas et alla aussi loin que possible du jeune homme. Soudain, le groupe s'arrêta. L'homme devant nous fit signe de se taire. Du bruit. Quelque chose passa à notre gauche. Bien armé, nous décidons de suivre la silouette. Enfin un peu d'action, voilà qui me met de bonne humeur..La silouette perdit sa cadence et deux hommes du groupe purent l'attraper.

- C'est bien une Créature d'Illusion, ses oreilles le démontrent !

Mon sourire disparu quand je vis l'apparence de cette fameuse créature. Elle n'avait rien de monstrueux. Elle croisa mon regard et je vis la détresse dans ses yeux. J'épprouvais de la pitié, oui, de la pitié. Je devais me ressaisir, les créatures d'illusion existent pour nous détruire. Cette apparence faible devait être sa technique pour approcher les humains sans élever le moindre soupçon sur ses intentions. Je pris mon fusil et le chargea, par précaution. La créature se mit à se débattre. L'un des hommes retira son emprise.

- Merde, c'est froid !

L'homme qui la tenait toujours se contenta de renforcer sa prise sur elle. Pas question de la laisser partir. Confuse, elle regardait partout.

- Il faut la tuer avant qu'elle ne fasse des ravages.

J'approchai la créature et attrapa le sac qui gisait à ses pieds. Ça lui appartenait clairement, ce n'était pas l'un de nos sacs. Je l'ouvris et constata son contenu. Des médicaments. Mon regard tomba de nouveau sur la créature. Sa tête était baissé, elle semblait plus abattut que jamais. Que faisait-elle avec des médicaments? Elle n'avait pas l'air malade, ce ne devait pas être pour elle. L'un de ses proches devait être malade. Je pensai immédiatement à Père. J'eus un pincement au coeur.

- C'est l'occasion rêvé d'essayer nos nouveaux jouets.

Le jeune homme de tout à l'heure attrapa une lame bien affûté et la plaça au-dessus du cou de la créature. J'hésitai à intervenir. Je m'approchai de lui et posa une main sur la sienne.

- Ça ne servira à rien, elle réapparaîtra plus tard et se vengera..

J'éloignai la lame de la créature puis j'éloignai également l'homme qui la tenait.

- Laissez-moi m'en occuper, de toute façon, vous n'avez plus besoin de mes services, le village n'est plus très loin.

Je leur lançai le sac d'armes et tendit la main à la créature.



Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Mer 22 Oct - 23:32

La fleur glaciale


La tête baissée, elle pouvait toujours voir légèrement devant elle. Rapidement, ses yeux captère le mouvement d'une personne qui semblait être la fille de plutôt se déplacer pour ramasser quelque chose au sol, mais la personne qui la retenait ne voulait pas spécialement la laissez-faire. Tremblante, Leon respirait avec difficulté, elle ne voulait que partir, sans faire de mal à qui que se soit, peut importe qui lui fasse mal, elle ne voulait pas mourir au contraire de ce que les humains pensaient d'elle. Étant un esprit, elle restait à l'intérieur d'elle une humaine avec le corps d'une créature, alors si on lui transperçait le corps, la pauvre ne survivrait pas, devant laisser  sa mère toute seule sans jamais avoir pu lui apporter une quelconque aide. Sur le bord des larmes, la petite créature entendit ses bourreaux parler.

- C'est l'occasion rêvé d'essayer nos nouveaux jouets

D'un air paniqué, elle sentit un objet sur son cou. Pour la première fois, Leon avait senti le contacte froid d'une arme faite pour la tuer, pour lui faire du mal. La peur pouvait se lire sur son visage blême, espérant de pas devoir mourir aujourd'hui lorsqu'elle vit une humaine arrêter le geste de violence de l'homme envers la créature qu'elle était.

- Ça ne servira à rien, elle réapparaîtra plus tard et se vengera..Dit-elle d'un ton calme.

Elle, se venger ? La lapine avait déjà de la difficulté à mettre dehors une mouche de chez elle, alors venir réclamer vengeant, c'était une chose impossible. Doucement, la mortelle avec eux éloignait le bourreau et son arme maléfique loin de Leon.

- Laissez-moi m'en occuper, de toute façon, vous n'avez plus besoin de mes services, le village n'est plus très loin.

Rapidement, la fille leur balançait leur sac d'arme pour ensuite tendre la main à la petite Leon. Hésitante, elle finit par accepter l'aide en lui prenant la main proposée et se releva, bien droite. Sentant qu'elle était observée par les hommes qui dégageaient une telle animosité, celle-ci baissa encore sa tête, cachant son visage, mais après quelques minutes, les hommes étaient partis contre leur gré. Leon attendit quelques secondes de regarder s'il n'y avait plus personne au alentour, sauf, elle et l'humaine. Nerveuse, osa relever la tête pour regarder ça vis-à-vis qui l'avait sauvé :  cheveux très longs blancs avec une mèche noir, le tout attaché en couette, yeux presque noir, pas très grande. Bizarrement, l'humaine semblait avoir un certain air de compassion envers la créature, mais elle n'en était pas sûre, puisqu'avec les humains, rien n'est jamais sûr. Poliment, elle s'adressa à celle qui était devant elle, avec une voix faible.

- Merci de m'avoir aidé.

Rapidement, elle remit son regard tout autour, la créature ne voulait vraiment pas se remettre dans de beaux draps et ne plus être là pour s'occuper de sa mère. Encore personne en vue, mais cela n'allait surement pas tarder, les autres avaient quand même dû avertir des gens pour s'assurer que la fille était toujours vivante. Elle n'était pas sûre à 100 % que celle devant elle lui faisait confiance sur le fait qu'elle n'allait rien lui faire, alors Leon lui expliquait.

- Je ne suis pas méchante, je voulais juste apporter le sac que tu as dans ta main chez moi... Pour ma mère.

Doucement, elle tendit son bras en tournant sa main vers le ciel, attendant de voir si l'humaine allait lui faire confiance et lui redonner son sac ou pas.

Plus loin, un groupe de chasseur attendait le moment opportun pour tuer la bête, jusqu'à ce qu'ils voient le sol se geler autour de la petite créature..


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
La fleur glaciale [Aela]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Reflexion sur la saga Michelet Casimir - Jean Saint-Fleur
» 2 éme entraînement de Nuage de la mort et de fleur enflammée finished
» FLEUR canichette croisée abricot 6 ans (89) Yonne
» Fleur d'Aphélandra du Clan du Vent
» Promenade dangereuse(PV fleur enflamée)FINIII

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives :: RP abandonnés-
Sauter vers: