:: Pour les personnages :: Carte d'identité Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nyx Suoh

avatar
Localisation : Surment en train de chercher une maison pour moi et mon fils

Feuille de personnage
Pouvoirs : Le pouvoir de respirer et si je meurs c'est parce que j'ai perdu ce pouvoir





Nyx
Administrateur
Mer 15 Mar - 17:13
▬ ft. Ookurikara dans Touken Ranbu
série/artiste

Carnation : Un peu basané
Taille : Je suis plutôt grand
Corpulence : Je suis costaud
Cheveux : Un peu long, brun pâle.
Yeux : Jaune, vert
Signe(s) distinctif(s) : J'ai un tatou de dragon sur mon bras
C’est une personne assez gentille et serviable. Il fait attention aux autres surtout à son fils. Il fait très attention à comment il se comporte devant son fils, car il ne veut pas lui apprendre les mauvaises choses qu’il fait. Il tient beaucoup à lui et il ne veut pas qu’il devienne comme il est... Triste au fond. Lorsque son fils n’est pas là il devient un peu quelqu’un d’autre. Il devient ce qu'il n’est pas vraiment, mais il le fait parce qu’il s'est habitué à être le connard qu’il est dans les relations amoureuses. Sinon, on peut dire de lui qu’il sait qu’il est beau, qu’il aime rire et qu’il adore les femmes.
SUOH, NyxComme si tout le monde avait un citation pour leur vies...

Race : Humain
Âge : 28 ans
Nationalité/lieu de naissance : Quelle importance ?
Orientation Sexuel : Hétérosexuel
Métiers/études : J'en ai pas vraiment
Situation conjugale : Célibataire
Situation familiale : J'ai un fils et je sais pas trop où se trouve mes parents
Pouvoir(s) : J'en ai pas et j'en ai pas de besoin.

Je suis né de deux dieux. Arya déesse de la chance et Tristan dieu de la malchance. C’est les meilleurs parents que j’aurais pu souhaiter. Ils m’ont élevé comme ce que je suis, un humain, mais ils m’ont aussi appris tout ce que je devais savoir sur ce monde. Gamin, j’étais le genre intello-sportif en classe et ça ne me dérangeait pas plus que ça que l'on me qualifie comme ça. J’étais celui que j’étais. Jeune, j’étais déjà très beau et les filles étaient déjà après moi, mais moi il y en avait qu’une qui m'intéressait réellement. Sarah Johanson. Ce n’était pas la plus populaire, mais je la trouvais vraiment très belle depuis longtemps. J’en parlais souvent à mon père, mais tous les conseils qu’il me donnait me faisaient gaffer plus qu’autre chose. Au moins, ça la faisait rire et j’avais pu obtenir un rendez-vous avec elle, juste en déboulant les marches. Après ce rendez-vous, nous avons commencé à sortir ensemble et tout allait pour le mieux. Nous étions fous amoureux l’un de l’autre. À cette époque, j’avais 17 ans et elle en avait 16. Ma famille l’avait très bien accepté et elle aussi les avaient très bien acceptées, même en connaissant leur vraie nature.

Deux ans après le début de notre relation, on avait décidé d’emménager ensemble en appartement avec notre meilleur ami, Max. Il vivait beaucoup de difficulté chez lui donc on l’a accueilli avec joie. Notre relation entre moi et Sarah allait super bien, on se chicanait des fois, mais c’est comme les couples normaux, ça arrive. J’avais un travail qui allait super bien et en plus je travaillais avec mon meilleur ami. Je trouvais ça vraiment cool.

Un jour, Sarah est tombée enceinte. J’avais 22 ans et elle en avait 21. J’étais fou de joie. J’allais avoir un bébé avec celle que j’aimais le plus au monde ! J’avais annoncé la bonne nouvelle à mes parents et ils étaient tout aussi contents que nous. Je parlais souvent au bébé et ça faisait toujours rire Sarah. J’adorais son rire alors je continuais à le faire. J’aimais la faire rire. Je voyais ma vie comme un conte de fées...

Mais dans tous les conte de fées il y a un drame qui se produit pour tout détruire...

Je me souviendrais toujours de cette nuit… Sarah m’avait réveillé en pleurant parce qu’elle avait vraiment mal. En enlevant la couverture pour la prendre dans mes bras et l'emmener à l'hôpital, j’ai vu une flaque de sang. Sur l’adrénaline je l’ai prise et j'ai couru jusqu’à l'hôpital. Par chance, nous vivions près de là. Les médecins l’ont tout de suite pris en charge. J’ai appelé ses parents et les miens pour les avertir et les deux familles se sont rassemblées dans la salle d’attente. Je faisais les cent pas, attendant les nouvelles de celle que j’aimais. Une heure après, un médecin est venu à notre rencontre. Il nous avait affirmé que Sarah allait bien, j'étais fous de joie, j’en pleurais même. Mais bien sûr il y avait un mais pour casser ma joie… Elle avait perdu le bébé. En entendant ça j’ai figé, je ne comprenais pas ce qu’il se passait. Je croyais que c’était un rêve. Ma mère m’a tiré vers elle pour que je m'assois et elle m’a pris dans ses bras. J’avais les larmes aux yeux, mais je devais rester fort. J’ai dit à ma mère en me décollant qu’il fallait que je la vois. Qu’elle allait avoir besoin de moi. J’ai suivi le médecin jusqu’à la chambre de Sarah et une fois rendu je me suis doucement approcher d’elle. Elle m’a pris dans ses bras en pleurant. Je les serrer contre moi, essayant de rester fort pour elle.

Après cette épisode, plus rien n'était comme avant. Sarah était tombé en dépression et j’ai commencé à moins travailler pour m’occuper d’elle. Max travaillait plus pour nous aider. Mais quelque mois après ça, Max c’est blessé, alors on a tous deux échanger de rôle. Je travaillais plus et il s’occupait de ma Sarah. Je voyais de moins en moins Sarah et elle commençait vraiment à me manquer. J’avais hâte que Max se remette sur pied, car je devais travailler beaucoup plus pour subvenir à nos besoins.

Une soirée en rentrant chez moi j’avais l’impression qu’il y avait de quoi qui clochait, mais je n’y ai pas fait plus attention. J’ai déposé mes trucs dans l’entrée comme à mon habitude et je suis directe aller voir Sarah pour voir comment elle allait. C’est là que je les ai vu… Sarah et Max. Je les regardés pendant 15 minutes et ils m’ont jamais remarqué… C’est quand je suis parti en claquant la porte qu’ils m’ont remarqué. Ils avaient beau me suivre et me dire qu’ils allaient tout m’expliquer, je les ignorait et marchait rapidement vers la maison de mes parents. Une fois arrivé là bas, je vis la porte ouverte. Je m’étais précipité à l’intérieure et tout était en désordre. Plein de trucs avait été détruits. Je m’étais dirigé vers la cuisine et j’y vis un message.

“Nyx, mon fils,
Nous avons dû nous cacher, les humains ont découvert notre identités et ils nous en veulent. Ils ont déjà tenté de tuer ta mère. De plus, les dieux nous cherchent… On va être déchu mon fils, mais ne t’en fais pas pour nous. On va s’en sortir, n’oubli pas qui est ta mère… On se revoit bientot fils… Nous allons faire de notre mieux pour te contacter. Nous t’aimons.
Ton père, Tristan.
-xxx-”

Je venais tout juste de perdre un meilleur ami et Sarah et maintenant mes parents. Ma vie était devenu un foutu cauchemar. Je n’avais plus personne et en plus, mes semblables savaient qui était mes parents. J’allais certainement perdre ma job… Sur un coup de tête je pris tout ce que je pu pour m’en aller pack sac sur le dos.

De ville en ville je me promenais, puis de pays en pays. Je vis des choses magnifiques, de paysage, comme de personne. Et une soirée, j’eu une soirée avec une femme. Un one night comme on dit. J’avais bien aimé, j’ai donc recommencer encore et encore. Puis par la suite je me suis mis à séduire les femmes, juste pour avoir ce que je veux, comme un vrai salaud. C’est ce que je suis devenu. Je ne crois plus en l’amour. Ça ne sert à rien. Un jour, alors que j’étais dans un village, une femme avec qui j’avais déjà couché auparavant, est venu auprès de moi avec un gamin. Le gamin me faisait drôlement penser à quelqu’un, malgré son jeune âge. Je regarde la femme et lui demande son âge. Elle me répond qu’il avait 3 ans. Je regarda le petit et demanda à la fille ce qu’elle faisait là. Elle me dit qu’elle voulait que je m’occupe de mon fils, qu’elle en avait plus les moyens et qu’il avait besoin de son père. Je m’accroupi devant le petit et lui demanda c’est quoi son nom. “Mathis” me répondit celui-ci. Je regarde sa mère “Tu veux que je le garde avec moi ?” lui demandais-je. Elle hocha la tête. “Je vais rester avec toi une semaine et après je devrais partir.”

Je me demandais pourquoi une mère voudrait abandonner son propre fils, mais si il le fallait, j’allais m’occuper de lui.

La semaine se passait plutôt bien, je trouvais cela facile de m’occuper de lui, par contre, sa mère, semblait de plus en plus faible et de plus en plus fatigué. La dernière journée elle embrassa son fils et me demanda de bien m’occuper de lui en ayant les larmes aux yeux. Elle était clairement malade. De quoi ? Je n’en sais rien et j’en saurais surement jamais rien. J’ai gardé une photo de la mère à Mathis pour qu’il ne puisse l’oublier.

Aujourd’hui, Mathis à 7 ans et moi j’en ai 28. J’ai continué un peu à voyager avec Mathis, mais aujourd’hui j’ai décidé de me mettre à une place pour mieux m’occuper de lui et mieux l’éduquer. Bien sur je continus à faire le connard, mais à l’insu de mon fils. Je veux qu’il apprenne par lui même que les relations amoureuse c’est d'la marde. Si jamais il en a une bonne, meilleurs que celle que j’ai eu je serais bien sur heureux pour lui, mais je serais toujours sur mes gardes.

A votre propos

Pseudonyme : Données indisponible
Âge : Données indisponible
Commentaire : Données indisponible

Revenir en haut Aller en bas
Nyx Suoh
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La galerie des avatars
» Clasutro' powaa ( ou pas ) Connor ~
» Suoh veut une colo (et sa rime !) [A archiver]
» C'est le vent qui te parle ! [Suoh/Inoue]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pour les personnages :: Carte d'identité-
Sauter vers: