:: Pour les personnages :: Carte d'identité :: Présentations validées :: Créatures Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cassande est dangereuse MOUHAHAHAHAHA (Bon on ce calme là...)

avatar
Localisation : Dans sa petite boite





Cassandre
Membre
Lun 6 Mar - 2:04
▬ ft. Azami, Mekakucity Actor

Carnation : Blême
Taille : plus petite que la moyenne des humaines femelles
Corpulence : Dans la moyenne des humaines femelles
Cheveux : Long et noir
Yeux : Rubis
Signe(s) distinctif(s) : Elle a des écailles au niveau des joues et un ruban rouge dans les cheveux
Une vraie psychopathe se cache derrière cet air presque inexpressif, sauf pour ce petit sourire qu'elle possède en permanence lorsqu'elle pourchasse sa victime. De nature, elle n'est pas très sociale, sauf lorsque quelqu'un l'aborde et l'intéresse, jusqu'à ce que la créature la considère comme un simple morceau de viande. Sadique, elle adore torturer et démembrer ses victimes, jusqu'à ce que plus personne ne soit capable de les reconnaître ou de les identifier. De plus, elle déteste énormément les hommes et les femmes trop entreprenants, elle les préfère lorsqu'ils ont peur et ne l'aiment pas, ils sont ainsi beaucoup plus amusant à martyriser et à tuer par la suite, sinon, il n'y a aucun jeu.
LEITO Cassandre... Non.

Race : Créature
Âge : 93 ans
Nationalité/lieu de naissance : -
Orientation Sexuel : Hétérosexuel
Métiers/études : Le meurtre, ça compte tu ?
Situation conjugale : Célibataire
Situation familiale : -
Pouvoir(s) : Elle tue en générale grâce à son venin neurotoxique, c'est-à-dire un poison qui agit sur le système nerveux. Le résultat est, en quelques minutes, voire en quelques secondes, l'infecté a des troubles de la vue et des autres sens, une perte du contrôle moteur (paralysie générale), éventuellement suivie d'une paralysie des muscles de la respiration, conduisant à la mort.

Depuis longtemps, elle erre dans les coins sombres d'une forêt, à l'attente d'une victime potentielle à meurtrir. Son instinct lui répète sans cesse de tuer les humains, de détruire leurs espoirs, leurs rêves, tout. Lorsqu'elle était plus jeune, au début de sa création, Cassandre faisait des massacres, tuant tout sur son passage, peu importe de qui il s'agissait. Une vraie tueuse sans scrupule, tellement que les humains l'ont surnommé Nahash, le serpent qui avait tenté Ève et Adam. Un jour, elle attira un couple en pleurant, son mode d'action habituel, puis, une fois dans la ruelle, à l'abri des regards, le serpent se jeta sur les deux humains en arrachant les cordes vocales de la femme et en déchirant la gueule de l'homme. Toujours sur l'homme, elle se transforma en serpent et mordit l'homme à la base du cou, paralysant ses muscles au fur et à mesure que son poison se répandait dans le corps de l'humain. Par la suite, elle entra dans le trou créé par ses soins à l'intérieur de la femme en déchirant ses poumons, perçant son estomac et avala cru le cœur au passage. Étant maintenant dépourvue de système pour lui fournir de l'oxygène, l'humaine perdit son âme, sans avoir pu crier un quelconque mot d'adieu à son mari. Au sommet du plaisir, la reptilienne sortit du cadavre féminin et redevint une petite fille. Le sang coulait le long de son corps, tout comme le foie qu'elle tenait dans sa main avant de le faire exploser dans le semblant de visage de l'humain masculin, déjà en train de mourir. Tuer des gens était ce qu'elle préférait. Petit à petit, elle fit manger certains organes de la femme à l'homme pour lui torturer l'esprit, pour que le serpent puisse voir la peur, le dégoût et la tristesse prendre feu dans ses yeux. Mais son moment de plaisir fut court, car après 2 minutes à lui bourrer l'estomac, il mourut à cause du poison qui avait atteint son cerveau. Satisfaite, la créature cacha les deux cadavres dans une benne à ordures et partit de la ruelle en direction d'une rivière, pour enlever les restes de sang qui l'inondait.

Le chemin vers l'eau ne fut pas très aisé, surtout alors que des dizaines de paires de yeux fixaient une seule et unique personne. Couverte de sang, le visage caché par un foulard, il fallait dire que Cassandre n'aimait pas la subtilité et préférait susciter la peur et la crainte chez les gens. Finalement, elle arriva à destination et déroula son tissu pour bien laver son visage et ses cheveux. Rapidement, l'eau fut rouge, induisant un sourire sur le reflet du visage de la jeune créature. Mais son moment solitaire fut coupé par des pleurs et des plaintes enfantines. Toujours excitée par les précédents événements, elle prit l'apparence d'un cobra égyptien et se faufila entre les herbes hautes et les ronces pour se rendre jusqu'à la source du son si innocent. Elle s'attendait à tomber sur un enfant, probablement très jeune et celle-ci allait se régaler de sa chaire si tendre et douce, presque sucrée, met rare dans la forêt où elle vivait, car il n'y en avait qu'en ville. Zigzaguant jusqu'à son festin, Son long corps se redressait pour faire face au petit enfant, mais alors, ses pleurs cessèrent pour laisser place à un silence absolu lorsqu'il lui fit face, elle, la gueule ouverte, prête à le déchirer d'un coup, lui, les joues légèrement roses et trempées. Lentement, ses yeux rouges croisèrent le regard abyssal du jeune garçon qui lui fit l'effet une d'une décharge électrique dans sa tête. Cette personne devant elle ne semblait point effrayé de la voir, mais un petit sourire de sa part lui avait fait comprendre qu'il ignorait que le serpent était méchant. Essuyant rapidement ses joues du revers de la main en reniflant, il tendit son autre main à Cassandre, qui était toujours sous sa forme animale.

'' Toi aussi, tu es tout seul ? ''

L'affirmation n'était pas totalement fausse, mais le serpent était volontairement seul. Subitement, toute envie de le tuer avait disparu pour laisser place à une drôle de folie dans sa tête. Elle voulait le protéger, tuer tous ceux qui lui feraient du mal, le ferait pleurer, tout, tout pour qu'il l'aime, c'était tout ce qu'elle désirait. Pour la première fois de sa vie, la Créature se sentit comme si elle n'avait jamais été ce qu'elle était, ni n'avait fait ce qu'elle avait fait. Elle voulait lui répondre, mais se transformer tout d'un coup serait trop pour le pauvre, alors elle ne fit que s'approcher en s'enroulant lentement autour du bras du garçon pour se poser sur son épaule en sifflant. En retour, l'enfant avança sa main pour caresser le dessus de la tête du serpent au regard de braise d'un visage si innocent, si naïf. C'était fréquent que la Créature d'Illusion aille pitié des enfants, mais l'excitation et la folie dans laquelle elle était plongée avant de le voir avaient disparus, chose très inhabituelle chez elle. Après que le petit homme ait reprit sa petite dignité, il se releva du sol, toujours avec Cassandre et prit un chemin au hasard. Il était très probablement perdu, ce qui amusait fortement le serpent qui finit par descendre de son épaule pour lui indiquer la voie à suivre, celle qui menait jusqu'au village de l'Ouest. Heureusement qu'il lui fit confiance, sinon elle aurait dû le traîner de force, car le laisser tout seul dans cette forêt représentait un trop gros risque.
[...]

Plusieurs années avaient passé, la jeune créature se promenait dans le village en attendant la personne pour qui elle avait eu un coup de foudre dès le premier regard. De plus, il avait tellement grandit, devenant un beau jeune homme doux et gentil. Mais ce qui lui plaisait chez lui était qu'il n'avait pas peur d'elle, même lorsque celle-ci s'était transformée en ''humaine'' devant lui. Mais elle gardait toujours un petit secret, pour ne pas le blesser, car Cassandre était sûre que ce serait une très mauvaise idée de lui dire: Elle tuait pour le plaisir, encore aujourd'hui. Mais une plus grande ombre menaçait de se révéler un jour, révélant que le serpent, le jour où elle avait rencontré Manien, tel était le nom de son amour, avaient tué les parents de ce dernier. Par contre, elle n'avait aucun regret, car cela lui avait permis de le rencontrer. Tant qu'il était là, cela lui suffisait pour calmer certaine de ses pulsions meurtrières. Très rapidement, les deux individus avaient vus leur lien se resserrer, devenir plus fort. Elle lui vouait un amour désespéré, sans pour autant négliger ses meurtres, et lui aussi semblait bien l'aimer. Par contre, à son grand désarroi, cette culture de la fleur d'amour, qui avait si bien poussé, avait fini par rapidement faner à cause d'un sale type d'humain sans intérêt. Pendant la marche habituelle de son homme et la chose qui lui servait de meilleur ami, la reptilienne suivait de très près celui-ci, ce qui ne semblait pas le déranger, jusqu'à ce qu'un bruit retentisse dans la forêt. Étant, selon elle, le garde du corps de sa douce moitié, la jeune créature s'élança vers la source du bruit d'un pas impatient. Mais à peine plus loin des deux autres êtres vivants, elle sentit plusieurs présences à gauche et à droite et, puisque son instinct était normalement très fiable, elle se stoppa et observa les alentours d'un œil minutieux, scrutant chaque buisson, chaque son.

Il ne fallut que quelques secondes pour que les intrus sortent de leur cachette, armes à la main. Sentant le grand danger, Cassandre se transforma sans attendre en serpent et se faufila jusqu'à sa première victime pour lui déchirer les tendons, ce qui lui fit tomber à genoux au sol sans apercevoir la bête. Pour continuer son futur carnage, elle se déplaça en direction d'un deuxième homme pour s'enrouler autour de lui, monter rapidement le long de son corps, tout en évitant les coups de battes qu'il voulait lui donner et lui arracha un œil avec sa petite gueule. Les cris de l'humain faisaient monter une joie extrême en la jeune créature, un plaisir qu'elle n'avait pas ressenti depuis longtemps. Son abstention de plusieurs années avait finalement explosée, son esprit et son corps agissaient comme il agissait avant, meurtrier et sans pitié. Tuant 3 mortels sur les 5 présents, le serpent n'avait plus toute sa tête, le sang, la chair tendre, les magnifiques sons produits par la douleur sonnaient comme une douce chanson à ses oreilles. Mais une simple voix, ferme et dure, la réveilla de sa transe sanguinaire pour la faire revenir à la réalité. Surprise en premier, elle se retourna vers la voix pour apercevoir Manien et son déchet d'ami, la regardant avec un mélange de peur et de pitié. Pourtant, lorsque son regard croisa celui de son âme-sœur, celui-ci la regardait avec une haine indescriptible. Confuse de cette soudaine hostilité qu'il avait pour elle, sa tête se tourna vers le type à côté. Il avait dû lui dire quelque chose à propos d'elle pour que le jeune homme la déteste, c'était certain. Haineuse, elle s'élança vers le traître pour le tuer lorsque qu'une tierce personne s'interposa entre eux pour arrêter toute éventuelle attaque mortelle. C'était Manien qui, sans aucune hésitation, sortit une arme et la pointa en direction de la pauvre créature aux yeux de braise. Ce geste posé contre elle lui apparu comme une gifle en pleine figure. Son homme, qu'elle avait protégé toute sa vie, qu,elle avait aimé et sauvé lui vouait maintenant de la colère, voir comme s'il voulait se venger. Pleurant presque, le jeune homme s'adressa à son ancienne camarade revenue sous forme humaine.

''Tu m'as trompé, tu m'as menti. Mes parents, tu les as éliminés sans pitié. J'ai voulu croire que tu étais différente, mais non, tu restes un monstre à l’instinct tueur. Si tu restes en vie, tu vas finir par tous nous enlever la vie... Je suis désolé Cassandre’’

Le vent soufflait doucement à ce moment. Le silence fut brusquement brisé par le sifflement d'une balle, traversant le corps et le cœur de la créature qui perdit la vie à cet instant. Avant de rendre l'âme la créature put entendre quelques mots, pourtant presque inaudibles pour une dernière fois.

''Tu reviendras [...] me cherche pas [...] coupable [...]''

Le reste n'était plus que du vide, le néant. Elle était morte.

[ Trois jours plus tard ]

Lentement, ses yeux s'ouvrirent difficilement, laissant un mince filet de lumière traverser son iris, l'aveuglant. Elle avait mal, vraiment mal. Son cœur était en miette, la douleur était plus mentale que physique, elle lui en voulait beaucoup, à son ancien amour et à ce petit merdeux qui avait tout gâché. Lentement, elle prit le temps de se remettre sur ses deux jambes sans vaciller et de prendre connaissance de l'endroit où elle avait atterri. À son étonnement, elle était juste à l'entrée d'une grotte, visiblement seule. Décidée à faire payer les deux humains pour avoir détruit le seul espoir qu'elle avait de, peut-être, s'adapter aux mortels, Cassandre se mit à la recherche de ceux qui l'avait trahie. Elle avait beau avoir tué ses parents, elle ne comprenait pas pourquoi le jeune garçon lui en voulait à ce point. Mais une chose était sûre: celle-ci allait lui faire payer son crime, d'avoir voulu mettre fin à sa vie et d'avoir trahi sa confiance, qu'elle avait peu à peu développée aux fils des années auprès des humains. Plus jamais au grand jamais elle ne ferait confiance à quelqu'un d'autre, même si celui-ci provient de la même race qu'elle.

Nuit et jour, elle se dévoua à la recherche du déchet humain en premier. C'était de sa faute et uniquement la sienne. Cette confusion totale avait mené deux cœurs purs dans un fossé, sans possibilité de sortie, devenu ténèbres. Néanmoins, elle allait sortir de là, se sauver elle-même en utilisant la vengeance comme corde pour remonter. C'est ainsi que la reptilienne fit son chemin jusqu'à chez lui, l'élément qui avait réussi à la mettre dans un tel état de colère. Elle entra chez lui, par une fenêtre qu'elle avait découpée bien délicatement, pour ensuite monter les escaliers. Un petit bruit de glissement était perceptible, signifiant faiblement sa présence. Une fois dans le couloir du deuxième étage, Cassandre prit instinctivement la direction de la chambre. Ouvrant la porte, elle vit deux silhouettes sous les couvertures. Ce bâtard de briseur d'amour croyait pouvoir vivre la belle vie après l'avoir tué. Il allait le payer, définitivement. S'approchant du lit où les deux tourteaux mortels étaient, Cassandre fit descendre lentement la couverture du côté qui recouvrait la femme. Doucement, elle secoua la jeune femme jusqu'à ce qu'elle ouvre les yeux. À ce moment, elle mordit le cou tendre du déchet féminin pour lui administrer son venin mortel. Prise de spasme et d'une vive douleur, l'humaine n'arrivait plus à respirer. Mettant ses mains autour de son propre cou, comme pour rechercher l'air, un filet de bave coula le long de ses douces lèvres bleues. En même temps, la vermine qui était à côté sortit de sa torpeur en sursaut et bondit du lit en regardant la créature d'un air terriblement effrayé. Pourquoi avait-il peur d'elle ? Lui, qui l'avait amené à sa mort et avait rendu son cœur de pierre n'avait pas le droit d'éprouver autre chose que de la terreur. Sautant sur le lit pendant que l'autre asphyxiait, la reptilienne prit un élan vers sa proie pour lui planter ses crocs directement dans son estomac. S'accrochant aux organes qu'elle avait réussi à agripper, elles les sortit du corps dans un spectacle des plus épouvantables. Le sang dansait dans les airs avec les organes qui s'agitaient dans tout les sens. Tous les murs avaient été repeints d'un rouge sanglant. Au cœur de ce massacre, la seule chose que l'on entendait était des cris de souffrances et des rires hystériques.


Après avoir regardé pendant plus d'une heure son pire cauchemar souffrir, les yeux révulsés, la créature décida enfin de lui planter un pieu qui provenait d'une des tables de chevet se trouvant dans la chambre, atteignant directement le cerveau. Quelques temps auparavant, l'humaine était morte dans d'atroces souffrances, mais ses cris résonnait encore dans la tête de Cassandre, sonnant comme une libération à ses oreilles, comme ceux du bâtard. En se relevant elle vit, sur une table, un papier qui ne semblait pas particulièrement important, mais qui piquait sa curiosité. S’avançant vers celui-ci, elle vit une adresse, une heure et un nom. Son cœur s'arrêta. Elle allait enfin le retrouver.
[...]
Arrivée à destination, ce fût un énorme choc. Pourquoi était-ce arrivé, comment est-ce arrivé ? Elle devait se venger, libérer sa peine, cesser de ressentir cette vive douleur dans sa poitrine. Mais elle ne le pouvait plus. Il était là, sous terre, avec une pierre où son nom était gravé. Il était déjà mort. Elle n'allait plus jamais revoir son sourire, ressentir sa douce chaleur. En un simple flash, elle se remémora tous les heureux souvenirs qu’elles avaient eus avec Manien. De l'instant où elle l'avait rencontré jusqu'à celui où il l'avait enlacée pour la dernière fois. Serrant ses deux bras avec ses mains, elle ressentit un vide, pire que celui qu'elle avait eu lors de sa mort. En même temps, ce qu'on appelle des larmes se mirent à couler sans pouvoir s'arrêter sur ses joues. Elle ne comprenait pas pourquoi elle pleurait. Elle qui n'avait jamais couiné pour quoi que ce soit pleurait maintenant à chaudes larmes devant la pierre tombale de son ancien amour. Elle se dit qu'elle n'allait plus jamais s'attacher à qui que ce soit et que si cela arrivait, elle le tuerait sur-le-champ pour ne pas en souffrir. Sous le soleil de cet été au Niflheim, une créature avait reçu un cœur et l'avait transformé en pierre.

Cassandre est retournée à ces vieilles habitudes de tuer pour le plaisir. Elle recherche toujours des informations sur la mort mystérieuse de Manien, bien que cela ne soit pas sa priorité. Voyageant tel un vagabond, elle espère pouvoir un jour oublier Manien.

A votre propos

Pseudonyme : On s'en reparlera la prochaine fois qu'on ce voit
Âge : Euhm... Pas de tes affaire !
Commentaire : Pourquoi cette interrogatoire ? HEIN ?! POURQUOI ?!

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Localisation : Définitivement caché





Gabriel
Administrateur
Lun 6 Mar - 13:28
bienvenue parmi nous, Cassandre !


Tout le staff a l'honneur de t'annoncer que tu es officiellement validée ! Ce statut te permet de voir ton pseudo changer de couleur pour la race que tu es et te donne un accès légal au monde RP du Niflheim. Tu peux aussi aller créer ton journal personnel pour mettre tes RPs à jour ou bien écrire quels genres de liens tu désires obtenir. Dernièrement, si tu n'es pas trop à l'aise avec les gens, tu peux toujours poster une demande dans la demande de RPs & liens pour rechercher des compagnons ou répondre à l'un des sujets déjà postés. Finalement, bonne chance au Niflheim d'Illusion, petite brebis égarée.

----------------------------------------------------------


Revenir en haut Aller en bas
Cassande est dangereuse MOUHAHAHAHAHA (Bon on ce calme là...)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Plante dangereuse
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]
» Promenade dangereuse(PV fleur enflamée)FINIII
» Une enquète dangereuse[Terminé]
» Finalement le calme est revenu.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pour les personnages :: Carte d'identité :: Présentations validées :: Créatures-
Sauter vers: