:: Pour les personnages :: Carte d'identité :: Présentations validées :: Humains Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Noah, à contre-temps (FINI)

avatar





Invité
Invité
Jeu 23 Fév - 20:46

Carnation : Blanche
Taille : 5’5
Corpulence : Mince
Cheveux : Longs et bruns
Yeux : Bruns
Signe(s) distinctif(s) Sa poitrine est à peine développée.
Froide serait l’adjectif qui décrirait le mieux Noah. Elle sourit rarement, évite les mots inutiles, et n’est jamais en colère. Il est beaucoup plus facile de la faire pleurer que de la faire crier ! Ayant vécu seule les trois dernières années et n'ayant jamais été proche de beaucoup de gens, Noah a beaucoup de difficulté à comprendre comment fonctionnent les relations humaines. Elle essaie du mieux qu'elle peut d'imiter les gens qu'elle rencontre, car elle veut vraiment avoir l'air normal. Elle a une peur immense de l'étrangeté chez sa propre personne, mais pas chez les autres. Sa grande ouverture d'esprit lui permet de tout accepter : dieux, créatures, esprits, handicapés, etc. Elle se moque de la différence d'autrui, elle ne veut juste pas être jugée pour ses différences à elle. Elle a une forte tendance à aider ceux qui semblent être dans le besoin.

Noah semble aussi très obsédée sur le maquillage. Elle aime être charmante, et être charmée. Il est cependant assez difficile d'avoir des contacts physiques avec elle. D'une grande pudeur, il est impossible pour elle de montrer des parties plus intimes de son corps et de se faire toucher par des gens avec qui elle n'a pas établi une grande relation de confiance.
NoahJe ne suis pas comme toi, Jason. Je ne suis pas normale.

Race : Humaine
Âge : 23 ans
Nationalité/lieu de naissance : East Oppodium  
Orientation Sexuel : Hétérosexuelle, mais elle n’est pas tellement intéressée à être dans une relation amoureuse.
Métiers/études : Mercenaire vagabond.
Situation conjugale : Célibataire
Situation familiale : Ses parents sont toujours vivants, mais elle les évite.
Pouvoir(s) : Aucun, mais Noah est douée au tir à distance. Elle se considère comme un snipper. Sa précision au tir est excellente, et elle tue sans même que sa cible se soit rendu compte de sa présence.  

Noah est le nom que ses parents lui ont donné à sa naissance. Elle n’a jamais voulu le changer, comme si elle se moquait bien de cette étiquette qu’ils lui avaient donnée.

Noah est née dans le village fermé de East Oppodium, village où même le meilleur des hommes se nourrit de préjugés. Le village était une peur de l’étranger, et Noah était étrangère. Elle était née là, mais elle avait une maladie congénitale – qu’on appelait syndrome de klinefelter – que personne n’avait remarquée à sa naissance. C’est en grandissant que l’étranger grandissait en elle.

Ses parents avaient décidé d’ignorer l’inconnu avant d’atteindre le moment où ils ne pouvaient plus l’ignorer. Ils combattirent la crainte qu’ils avaient envers cette perle baroque qu’était leur enfant. Ils coupèrent ses cheveux, ils la forcèrent au combat, à la compagnie de garçons. Noah détestait ces traitements – elle aurait voulu les cheveux longs, la couture, être seule ou avec des fillettes de son âge, à la limite – elle sentait le rejet de ses parents sur ce qu’elle était et ce qu’elle voulait.

Ses parents aimaient Noah. Ils refusaient qu'elle soit ternie par les regards dégoûtés des autres villageois. Ceux-ci détournaient les yeux quand ils voyaient ce bout d’humain de douze ans se balader avec des jambes trop longues pour ne pas être celles d’une femme. Tout le monde connaissait Noah mais personne n’acceptait de la connaître. Elle avait vécu dans le rejet toute sa vie, jusqu’à Shiro.

Noah n’avait jamais mis de mots sur sa condition. Elle s’était toujours appelée être humain sans jamais vraiment réfléchir au fait qu’il y avait des différences entre certains membres de son espèce. Elle avait casé le comportement de ses parents comme exagéré. Elle n’avait jamais vraiment compris que c’était son comportement à elle qu’on avait jugé étrange. Quand Shiro est arrivé, elle commença à comprendre les différences. Pour la première fois de sa vie, un homme la regardait et l’appelait femme. Et ça la rendit heureuse.

À ses quatorze ans, elle avait abandonné ses parents pour un homme de plus que deux fois son âge. Shiro était dieu déchu. Il avait existé depuis plus longtemps que Noah ne pouvait même l’imaginer. Il connaissait la texture de la fourrure d’un auroch, le cri du dodo. Il avait vu le premier mariage humain et la première guerre. Il respirait la sagesse, et Noah décida de lui donner sa minuscule vie en offrande. Shiro menait une guérilla contre les dieux qui l’avaient déchu. Il avait déjà des soldats, il n’en avait pas besoin de plus. Il avait ramené Noah par pitié, car il avait eu l’impression que s’il la laissait à ses parents, elle en mourrait. Elle devint son arme silencieuse. Dissociée du groupe, elle ne parlait presqu’à Shiro. On ne prêtait pas attention à elle, jusqu’à ce que l’étrangeté en elle revienne. En vieillissant, ses épaules se raidirent, son torse et son ventre grossirent. Elle réalisa que ce corps assez androgyne pour être féminin commençait à la trahir. Shiro la rassura. Il lui acheta des corsets, du maquillage. Il lui dit qu’elle serait une fille normale.  

À ses vingt ans, Noah avait tué plus de créatures que de fois qu’elles étaient revenues à la vie. Elle était la louve, celle qui se cachait loin dans les feuillages et qui tirait une à une les têtes monstrueuses qui s’offraient à elle. Elle pouvait rester des semaines, immobile, à l’attente d’une proie à jeter dans la gueule de la mort. Elle n’avait jamais questionné Shiro. Shiro était pour elle la loi indubitable. La perfection. Shiro n’avait jamais rien à se reprocher. Elle avait vécu dans la confiance aveugle pour son maître, jusqu’à Jason.

Elle était en chasse à la créature, ce jour-là. Elle venait de décimer une meute entière. Et elle tomba sur lui.  

C’était une forme atroce, noire, aux os qui poussaient contre sa peau comme pour sortir. Elle ne l’aurait jamais remarqué à distance. Elle l’aurait pris pour une charogne morte. C’est à contact rapproché qu’elle réalisa que cet amas de chair et de poils respirait. Il respirait malgré la corde qui lui étranglait le cou, laisse imitant une ficelle enroulée autour d’une viande de bœuf. Elle ne pensa même pas tuer. Elle prit son couteau et coupa le lien. L’être vivant avait une langue bien rose qui s’échappait maintenant de cette bouche aux crocs jaunis. Ce souffle rappelait à Noah un animal agonisant. Son regard rappelait celui d’un homme qui avait tout perdu. Ses larmes lui rappelaient les siennes. Ses propres larmes face au rejet des siens. Elle ramassa la bête aux traits canins et la ramena au camp.

Shiro refusa que la bête vive et, pour la première fois, Noah se dressa contre son maître et refusa qu’on l’abatte. Elle protégea le chien au péril de sa loyauté pour Shiro. Elle garda l’animal comme s’il était son frère. C’était un chien d’Illusion qui s’appelait Jason. Il avait un cerveau trop canin pour que ça soit sain. Son seul bonheur de vie, c’était la vision de son maître. Il avait été détruit par son propriétaire divin qui avait décidé de battre ce chien, trop faible pour être une vraie bonne arme. La douleur de la trahison du dieu avait été trop forte pour qu’il puisse l’endurer, mais il survivait. Noah l’aidait. Elle voulait qu’il guérisse. Elle lui montra ce que c’était, être humain, et fut probablement la première à lui dire qu’elle l’aimait. Jason en tomba profondément amoureux.

Noah aimait Jason comme lui l’aimait, mais elle ne voulait pas qu’il voie ce corps dont elle avait honte. Jason lui dit qu’il s’en moquait, qu’il l’aimait peu importe ce qu’elle était. Elle lui hurla qu’elle n’était pas normale, qu’elle n’était pas comme lui. Elle lui dévoila son plus grand secret, son handicap qui la dégoûtait. Jason s’en moquait. Il n’était pas assez humain pour comprendre l’importance d’une telle chose. Il avait comme la pureté d’un enfant avec le vécu d’un adulte. Alors Noah se laissa à lui.

Ils avaient deux ans de vie commune, un an de romance silencieuse. Ils s’adoraient, mais le gardaient caché aux autres, pas par secret, mais parce qu’ils ne voyaient pas l’importance qu’autrui aurait pour leur vie privée. Shiro n’aurait pas approuvé leur relation, s’il avait su, car il haïssait Jason comme lui le haïssait.

Un jour, Shiro envoya Noah en mission, et il ordonna à Jason de rester derrière. Jason était bruyant, alors que la force de Noah, c’était le silence de la discrétion. Il avait peur qu’elle se fasse tuer si son chien était trop près d’elle. Jason, lui, craignait la mort de Noah si elle était loin de lui. C’était une mission dangereuse : tuer un dieu aux pouvoirs meurtriers. Ça aurait été du suicide pour n’importe qui, mais pas Noah. Noah avait une chance de s’en sortir. Sauf que la mission aurait dû durer trois jours, et ça faisait cinq qu’elle était partie. Jason entra dans une rage folle. Il blâma Shiro. Il lui hurla qu’il aurait dû aller avec elle. Que s’il ne l’avait pas obligé à la laisser partir seule, avec ses pouvoirs de dieu sur créature, elle serait encore en vie. Il se jeta sur Shiro, et il lui ouvrit la gorge à coups de dent avant que le pauvre homme puisse répliquer.

Sauf que Noah était vivante. Qu’elle avait réussi sa mission. Que Jason avait vengé une morte qui n’en était pas une, et qu’elle débarqua au moment où l’animal s’était lancé sur son roi.

C’était douloureux pour elle. Que faire quand l’homme qu’on aime le plus au monde meurt de la main de celui qui nous aime le plus ? Elle figea, puis, par automatisme, sortit son arme et vida son chargeur dans la tête de son amant. Espérant que Shiro ne soit pas mort, elle alla à lui, mais il était trop tard. Elle donna des coups sur son torse, essaya de le faire respirer, mais elle tremblait et pleurait trop pour le ramener à la vie. Cette mission qu’elle avait réussie avait malgré tout causé sa perte.

Comme on la blâma d’avoir ramené Jason et donc d’avoir causé la mort du chef, elle quitta le clan. Shiro n’y était plus. Elle n’avait de toute façon aucun intérêt à y rester. Elle vit en cavale depuis ce jour et ne touche plus à son arme pour abattre des créatures ou des dieux. Elle vit avec des jobines, et évite le contact humain pour ne plus connaître le deuil. Son ancien groupe s’est dissou, sans chef, et Jason n’a jamais recroisé son chemin, même si, créature, il devrait être toujours vivant.  

A votre propos

Pseudonyme : oval (oval)
Âge : Pas 21 ans
Commentaire : Marika est lente

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Localisation : Définitivement caché





Gabriel
Administrateur
Lun 6 Mar - 14:32
Re hellow helow !

Rapidement, je te conseillerais d'aller vérifier ton texte une dernière fois sur scribens, je suis certain que tu vas pouvoir corriger certaines fautes vraiment facilement ! Sinon pour le contenu, 10/10 ma chère !

Bonne chance pour le reste !

----------------------------------------------------------


Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Lun 6 Mar - 23:19
done bitches o/
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Noah, à contre-temps (FINI)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» - [ Comme un léger contre temps ] - PV
» Un petit contre temps de dernière minute [Pv Yumiko][Fini]
» On finit par s'habituer à tout ☆ Terminé
» Contre temps aux grottes du temps [Konjo]
» Juste le temps de souffler... [Pv : Marvin] [Fini]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pour les personnages :: Carte d'identité :: Présentations validées :: Humains-
Sauter vers: